Skip to contentSkip to navigation

Qu'est-ce qu'une ITSS et comment se transmet-elle?

Les ITSS : modes de transmission et symptômes

un couple

Une infection transmissible sexuellement et par le sang (ITSS) est contractée par le sexe vaginal, oral ou anal. La plupart des ITSS se transmettent par l’échange de liquides corporels, mais certaines peuvent être contractées par contact cutané (peau à peau). Même si vous n’avez pas de symptômes, vous pourriez transmettre une ITSS à une autre personne sans savoir que vous êtes infecté.

Virus de l’immunodéficience humaine (VIH) et SIDA

Le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) est le virus qui cause le syndrome d’immunodéficience acquise (SIDA). Il attaque et affaiblit votre système immunitaire qui ne peut plus lutter contre les infections et les virus.

Le VIH peut être transmis pendant vos relations sexuelles ou si vous êtes en contact avec du sang contaminé (liquide pré-éjaculatoire, sperme, sécrétions vaginales et anales, lait maternel des personnes infectées).

Les deux principaux modes de transmission du VIH d’une personne à une autre sont :

  • des relations sexuelles non protégées (relations anales ou vaginales sans condom)
  • le partage d’aiguilles et d’autres instruments servant à l’injection de drogues (y compris les stéroïdes)

Autres modes de transmission du VIH :

  • des relations sexuelles orales sans condom ni digue dentaire (ne représentent pas autant de risques que les relations vaginales ou anales)
  • le partage d’accessoires sexuels, d’aiguilles ou d’encre servant au tatouage, de bijoux servant au perçage, le partage d’aiguilles servant à l’acupuncture
  • si vous êtes mère et que vous êtes infectée par le VIH, vous pourriez le transmettre à votre enfant pendant la grossesse, l’accouchement et l’allaitement maternel

Le VIH ne se transmet pas :

  • par de simples contacts comme les câlins, les baisers et le partage d’ustensiles ou de nourriture
  • par la toux ou les éternuements
  • en vous assoyant sur les sièges de toilette ou en buvant dans les fontaines
  • par l’entremise d’insectes ou d’animaux

Symptômes du VIH

Si vous êtes infecté, vous pouvez demeurer sans symptômes et en bonne santé pendant de nombreuses années, mais la plupart contracteront éventuellement des maladies causées par un système immunitaire compromis. Certaines personnes porteuses du VIH développent des symptômes généraux semblables à ceux que l’on retrouve chez des personnes qui ont des problèmes de santé tels que :

  • infections vaginales chroniques aux levures
  • fatigue persistante
  • perte de poids inexpliquée
  • diarrhée
  • ganglions lymphatiques enflés (cou, aisselles ou région de l’aine)
  • fièvre ou sueurs nocturnes
  • candidose buccale, des granulations blanchâtres, épaisses et persistantes sur la langue ou dans la bouche

Symptômes du SIDA

L’étape la plus critique de l’infection par le VIH est le SIDA. Si vous êtes atteint du SIDA, les dommages causés à votre système immunitaire vous mettent à risque de contracter des maladies graves comme :

  • une pneumonie à pneumocystis (PCP), une infection pulmonaire qui cause un essoufflement prononcé et une forte toux
  • un cancer envahissant du col utérin
  • une infection cérébrale et des dommages directs aux cellules du cerveau, qui causent la confusion, la désorientation et une perte de la concentration
  • un sarcome de Kaposi, une forme de cancer de la peau

Chlamydia

La chlamydia est l’infection la plus courante des infections transmissibles sexuellement (ITS). Elle est causée par une bactérie appelée Chlamydia trachomatis qui se transmet lors de vos relations sexuelles vaginales, orales ou anales non protégées avec une personne infectée. Vous pouvez transmettre la chlamydia à votre partenaire sans même savoir que vous êtes infecté.

Symptômes

Les symptômes peuvent se manifester dans les 2 à 6 semaines suivant le contact avec la bactérie, mais il est important de noter que la plupart des personnes n’ont pas de symptômes :

  • sensation de brûlure en urinant
  • modification ou augmentation des pertes vaginales
  • écoulement clair ou laiteux provenant du pénis
  • sensation de brûlure ou démangeaisons sur le gland ou à l’intérieur du pénis ou près du rectum
  • douleur et/ou enflure aux testicules
  • douleur au bas-ventre
  • douleur ou saignements pendant les relations sexuelles
  • petites pertes sanglantes ou saignements vaginaux entre les menstruations

Herpès génital (VHS)

L’herpès génital est une infection transmissible sexuellement (ITS) causée par le virus herpès simplex (VHS). Les deux types principaux, le VHS-1 et VHS-2, peuvent causer des lésions sur votre bouche et sur vos organes génitaux.

Il n’y a pas de cure pour l’herpès génital, si vous êtes infecté, vous aurez des épisodes récurrents de symptômes.

  • Il est toujours possible de transmettre le virus au cours des phases de latence (aucun symptôme).
  • L’herpès génital se transmet par contact cutané, généralement au cours de vos relations sexuelles orales, vaginales ou anales.
  • Même si vous n’avez pas de lésions visibles, vous pouvez transmettre le virus à votre partenaire sexuel.

Symptômes

Les symptômes d’un épisode primaire de VHS surviennent généralement entre 6 et 21 jours après le contact cutané. Beaucoup de gens ne remarquent pas l’infection primaire et ne pourront déterminer s’ils sont infectés.

Épisodes primaires

  • Petites vésicules dans le vagin ou sur la vulve ou le col, sur ou autour du pénis ou des testicules et de l’anus, ou sur les cuisses ou les fesses
  • Douleur en urinant
  • Fièvre et douleurs dans vos articulations et vos muscles
  • Malaise généralisé

Épisodes secondaires

  • Le nombre d’épisodes et la quantité de temps entre les épisodes varient d’une personne à l’autre (de rares à fréquents)
  • Généralement dans la même région que l’épisode primaire
  • Démangeaisons ou picotements au site de l’infection
  • Moins graves et de plus courte durée

Gonorrhée

La gonorrhée est une infection transmissible sexuellement (ITS) causée par une bactérie appelée Neisseria Gonorrhea. Elle se transmet lors de vos relations sexuelles vaginales, orales ou anales non protégées avec une personne infectée. Vous pouvez transmettre la gonorrhée à votre partenaire sans même savoir que vous êtes infecté.

Symptômes

La plupart des gens ne ressentent aucun symptôme. Si des symptômes se manifestent, ils apparaissent généralement de 2 à 7 jours après que vous ayez été exposé à la bactérie :

  • pertes vaginales ou rectales épaisses et jaunâtres
  • écoulement épais jaune verdâtre provenant du pénis ou du rectum
  • sensation de brûlure ou démangeaisons sur le gland, à l’intérieur du pénis ou près du rectum
  • douleur et enflure aux testicules
  • sensation de brûlure en urinant
  • douleur au bas-ventre
  • douleur ou saignements pendant vos relations sexuelles
  • saignements vaginaux anormaux
  • mal de gorge

Hépatite A

Le virus de l’hépatite A est présent dans les selles d’une personne infectée. Les selles peuvent se retrouver dans les aliments, dans l’eau ou sur différentes surfaces, et elles ne sont pas toujours visibles.

L’hépatite A peut se transmettre par :

  • la consommation d’eau ou d’aliments contaminés
  • le contact avec des objets contaminés
  • le contact de la bouche avec l’anus
  • le partage de jouets sexuels
  • la préparation ou consommation de drogues dans des conditions non hygiéniques

Dans la majorité des cas, l’hépatite A ne nécessite aucun traitement et elle est généralement éliminée par l’organisme dans un délai de 2 mois. Une fois l’hépatite A éliminée, votre corps a produit des anticorps qui vous protègent pour la vie.

Symptômes :

  • fatigue
  • perte d’appétit, nausées ou vomissements
  • douleurs au ventre
  • fièvre
  • diarrhée
  • peau et blanc des yeux jaunes (jaunisse)
  • selles pâles et urine foncée

En vous faisant vacciner, vous vous protégez contre les maladies graves. Faites-le rapidement et efficacement dans un point de service Biron.

Hépatite B

L’hépatite B est une ITSS virale très grave qui s’attaque à votre foie et entraîne des maladies hépatiques chroniques, une cirrhose ou un cancer du foie.

Elle est transmise par :

  • le sang contaminé
  • d’autres liquides organiques (plaies ouvertes, lait maternel, larmes, salive, sperme et sécrétions vaginales)
  • la mère à son fœtus pendant la grossesse
  • le partage d’aiguille servant à l’injection de drogues

Symptômes

  • fatigue
  • fièvre
  • maux de tête
  • perte d’appétit
  • vomissements
  • douleurs abdominales
  • jaunisse
  • urine foncée
  • selles pâles
  • diarrhée

Hépatite C

L’hépatite C est aussi une infection virale qui s’attaque à votre foie et qui peut causer des maladies hépatiques chroniques et mortelles (cirrhose, cancer).

Les principaux facteurs de risque pour la transmission de l’hépatite C sont :

  • le partage de matériel (aiguille, seringue, eau, réchaud, tampon, etc.) servant à l’injection de drogues ou de stéroïdes, ne serait-ce qu’une fois au cours de votre vie
  • le partage de matériel (paille, billet d’argent roulé ou pipe à Crack) servant à la consommation de drogues
  • si vous avez reçu, avant 1992, du sang, des produits sanguins ou de l’immunoglobuline

Il existe d’autres façons moins courantes de contracter le virus :

  • les relations sexuelles avec un partenaire atteint de l’hépatite C
  • le tatouage, le perçage et l’acupuncture lorsque de l’équipement non stérile est utilisé
  • le partage d’articles d’hygiène personnelle (rasoirs, brosses à dents, coupe-ongles)
  • les enfants nés d’une mère infectée

Symptômes :

  • fatigue
  • jaunisse
  • urine foncée et selles pâles
  • douleurs abdominales, nausées, vomissements, faible appétit

À noter

  • Vous pouvez vivre toute votre vie sans que le virus cause de dommages au foie.
  • Le virus peut causer des dommages légers ou modérés à votre foie.
  • Si vous êtes atteint d’une cirrhose, vous pouvez développer un cancer du foie ou être victime d’insuffisance hépatique et avoir besoin d’une transplantation.

Virus du papillome humain (VPH)

Le virus du papillome humain (VPH) englobe plus d’une centaine de souches ou de types de virus différents regroupés en fonction de leur lien avec le cancer.

Les infections par les types de VPH à « faible risque » causent des verrues génitales, et celles « à risque élevé » sont la cause de 70 % des cancers du col de l’utérus. Les verrues génitales sont des lésions causées par le (VPH), un virus commun qui est la forme d’ITSS la plus courante au Canada. Jusqu’à 75 % de la population sera en contact avec le virus au cours de leur vie et parviendra à l’éliminer dans les deux ans suivant l’infection.

La plupart des femmes qui ont été exposées au VPH ne développent pas de cancer du col, même s’il s’agit d’un type de VPH qui cause le cancer. Par contre, pour certaines femmes, l’infection peut persister et, si elle n’est pas dépistée et traitée, elle peut se transformer lentement en cancer.

Le VPH se transmet d’une personne à l’autre par contact cutané direct pendant une activité sexuelle. Si vous n’avez pas de symptômes, vous pourriez être infecté sans le savoir et transmettre le virus à vos partenaires sexuels.

Symptômes :

  • dans plusieurs cas, le VPH n’est accompagné d’aucun symptôme, ce qui implique que vous pourriez être infecté sans le savoir.
  • les symptômes peuvent se manifester de 2 à 3 mois, ou même des années, après l’infection.
  • le VPH peut causer des verrues sur vos organes génitaux qui ressemblent aux verrues ordinaires. Elles prennent généralement la forme d’excroissances dures ou molles, de couleur rose, chair, blanche, brune ou grise.

Symptômes

Selon le type de VPH, si vous êtes infecté, vos partenaires risquent de développer des :

  • verrues génitales (ressemblent aux verrues ordinaires, molles ou dures). Chez les femmes, les verrues apparaissent sur la vulve, le vagin, le col de l’utérus et l’anus. Chez l’homme, à l’entrée de l’urètre, sur ou sous le prépuce, sur le pénis et autour de l’anus.

Lymphogranulomatose vénérienne

La lymphogranulomatose vénérienne (LGV) est une infection transmissible sexuellement (ITS) causée par la Chlamydia trachomatis. Si vous êtes infecté, vous pouvez transmettre la LGV même si vous n’avez pas de symptômes. La transmission par voie sexuelle peut se produire lors de :

  • relations orales (contact de la bouche avec le pénis, la vulve, le vagin ou l’anus)
  • relations vaginales (pénétration du pénis dans le vagin)
  • relations anales (pénétration du pénis dans l’anus)
  • contact entre les organes génitaux des partenaires
  • partage de jouets sexuels

La transmission par voie sexuelle peut avoir lieu même sans pénétration, orgasme ou éjaculation. Si vous êtes mère et que vous êtes infectée, vous pourriez également transmettre la LGV à votre bébé au moment de l’accouchement.

Symptômes

Premier stade (3 à 30 jours après l’infection) :

  • petites bosses indolores au point d’infection (pénis, rectum, cavité orale, vagin ou col de l’utérus)

Deuxième stade (2 à 6 semaines après l’apparition des premières bosses) :

  • ganglions douloureux et enflés à l’aine et aux cuisses
  • pertes de sang par le rectum
  • symptômes semblables à ceux de la grippe

Troisième stade :

  • lymphogranulomatose vénérienne chronique
  • risque de complications si l’infection n’est pas traitée (œdème grave aux parties génitales, stigmates, recours à la chirurgie pour contrôler les dommages)

Molluscum contagiosum

Le molluscum contagiosum est une infection cutanée causée par un virus appartenant à la famille des poxvirus. Si vous êtes infecté, vous pouvez la transmettre par :

  • contacts directs peau à peau
  • serviettes mouillées, équipement de sport ou lits de bronzage
  • contacts sexuels
  • l’infection peut se propager à d’autres parties du corps quand vous grattez les lésions puis que vous touchez à un autre point de votre corps

Symptômes :

  • le molluscum cause de petites excroissances ou bosses fermes, à surface lisse, de couleur chair ou blanc nacré, dont le centre est affaissé
  • il peut y avoir une ou plusieurs bosses à plusieurs endroits sur votre corps
  • si vous êtes une personne active sexuellement, les bosses peuvent être situées sur vos parties génitales, la partie interne de vos cuisses ou votre abdomen
  • le molluscum se manifeste généralement de 1 à 3 mois après l’exposition au virus. Les bosses peuvent durer de 6 mois à 2 ans et le virus est éliminé quand les bosses disparaissent.

Syndrome inflammatoire pelvien

L’inflammation pelvienne est une inflammation de l’utérus, des trompes de Fallope, des ovaires et des tissus environnants. Elle peut être causée par une variété de bactéries ou de virus, y compris les infections transmissibles sexuellement (ITS). Les bactéries les plus fréquemment responsables sont la Neisseria gonorrheae et la Chlamydia trachomatis, mais les bactéries qui se trouvent normalement dans le vagin et au niveau du col de l’utérus peuvent aussi en être la cause.

Bien que plusieurs personnes n’éprouvent pas de symptômes, les manifestations suivantes sont possibles :

  • douleur au bas-ventre
  • pertes vaginales plus abondantes ou anormales
  • douleur pendant vos relations sexuelles
  • saignements entre vos menstruations ou après vos relations sexuelles
  • menstruations plus abondantes
  • frissons ou fièvre

Poux du pubis et gale

Aussi appelés « morpions », les poux du pubis sont de petits insectes qui vivent dans les poils de vos organes génitaux. Les poux peuvent se transmettre pendant les contacts sexuels et se propager aux cheveux, à la poitrine et aux aisselles et, plus rarement, à la barbe, à la moustache et aux cils.

Les poux sont de couleur gris-brun, de la taille d’une tête d’épingle, et ils sont souvent difficiles à voir à l’œil nu. Ils pondent des œufs (lentes) à la base des poils qui ressemblent à de petits points blancs.

Les symptômes suivants peuvent être observés de 2 à 6 semaines après l’exposition aux parasites :

  • démangeaisons dans la région génitale ou anale
  • irritation de votre peau (rougeurs) et inflammation
  • petits points bleus sur votre peau résultant des morsures d’insectes
  • œufs (lentes) ou poux visibles

La gale est causée par de minuscules acariens, visibles à l’œil nu, qui s’enfoncent sous votre peau pour y creuser des sillons et pondre leurs œufs. La gale peut se transmettre pendant vos relations sexuelles ou d’autres contacts intimes.

Les symptômes suivants peuvent apparaître de 2 à 6 semaines après l’exposition aux parasites :

  • démangeaisons intenses, surtout la nuit
  • éruptions cutanées qui prennent la forme de fines lignes grisâtres ou rouges
  • lésions qui apparaissent généralement sur vos poignets, entre vos doigts et vos orteils, sur vos aisselles et vos aines, votre pénis ou vos seins et dans les autres replis de votre peau
  • peau du pénis irritée, rouge ou enflammée

Syphilis

La syphilis est une infection transmissible sexuellement (ITS) causée par une bactérie appelée Treponema pallidum. L’infection se développe en trois stades et les premiers symptômes se manifestent entre 10 jours et 3 mois après l’exposition.

La syphilis se transmet par contact sexuel (oral, génital ou anal) avec une lésion ou une éruption contagieuse :

  • si vous êtes une mère infectée, vous pourriez la transmettre à votre bébé durant la grossesse et au moment de l’accouchement
  • rarement, elle peut être transmise lorsque du matériel contaminé est utilisé pour la consommation de drogues injectables

La syphilis peut provoquer de graves problèmes de santé à long terme et elle présente les symptômes suivants, par stades.

Stade primaire (de 3 à 90 jours) :

  • apparition d’un ulcère (chancre) non douloureux dans votre bouche, vos organes génitaux ou votre anus, ou autour de ces régions
  • gonflement ou inflammation de vos ganglions qui peuvent durer d’une à six semaines avant de se résorber

Stade secondaire (de 2 à 12 semaines, jusqu’à 6 mois) :

  • éruptions cutanées sans démangeaisons sur la paume de vos mains, la plante de vos pieds ou tout votre corps
  • symptômes semblables à ceux de la grippe (maux de tête, douleurs musculaires et articulaires, perte d’appétit, fièvre)
  • perte de cheveux

Les stades de la période de latence

Stade latent précoce (moins d’un an) :

  • aucun symptôme ou réapparition de lésions contagieuses
  • l’infection peut être transmise à d’autres personnes

Stade latent tardif (plus d’un an) :

  • la période de latence peut durer de 20 à 30 ans
  • durant ce stade, vous n’êtes plus infectieux
  • en l’absence de traitement, l’infection progresse vers le stade tertiaire dans 30 % des cas

Stade tertiaire

Au stade tertiaire, la syphilis peut causer des troubles cardiaques, des maladies hématologiques et des lésions cutanées, osseuses et articulaires ainsi que des problèmes neurologiques.

Trichomonase

La trichomonase est causée par un parasite appelé Trichomonase Vaginalis qui vit dans le vagin de la femme et dans l’urètre de l’homme. Le parasite peut survivre pendant une courte période à l’extérieur du corps, mais il est généralement transmis lors de vos contacts sexuels.

Les symptômes suivants sont possibles :

  • pertes vaginales jaunâtres
  • odeur de poisson provenant du vagin
  • démangeaison et rougeur de la vulve et du vagin
  • sensation de brûlure en urinant

Dépistage

Chez Biron, nous vous offrons tous les tests de dépistage des ITSS, et les résultats sont pour la plupart disponibles en seulement 24 heures.

Virus de l’immunodéficience humaine (VIH) et SIDA

Si vous êtes nouvellement séropositif, votre système immunitaire se met à produire des anticorps. Un test sanguin mesure la présence de ces anticorps. Les anticorps du VIH apparaissent dans le sang dans un délai pouvant aller jusqu’à 12 semaines après l’exposition au virus. Différentes épreuves de détection du VIH existent. Chez Biron, les tests utilisés sont de 4e génération, ce qui signifie que le délai minimal entre l’exposition et le test peut être au minimum de 14 jours. Les laboratoires utilisant des épreuves de 3e génération ne peuvent détecter le VIH aussi rapidement, il faut donc attendre de 6 à 12 semaines après l’exposition probable au virus pour vérifier la présence du VIH dans le sang.

Chlamydia

La détection de l’infection à Chlamydia trachomatis se fait principalement par TAAN (Test d’Amplification des Acides Nucléiques).

  • Échantillon urinaire
  • Prélèvement dans le col de l’utérus, l’urètre, la gorge ou le rectum à l’aide d’un coton-tige

Herpès génital (VHS)

  • Prélèvement d’une lésion et culture ou TAAN
  • Dans certaines circonstances, test sanguin pour la détection d’anticorps contre VHS

Virus du papillome humain (VPH)

  • Prélèvement cervical pour détection des VPH à haut-risque (susceptibles de causer un cancer du col utérin) par TAAN
  • La présence du virus du papillome humain au col de l’utérus peut être dépistée par le test Pap fait régulièrement
  • Un professionnel de la santé peut examiner votre peau pour vérifier la présence de verrues génitales

Gonorrhée

La détection de l’infection à Neisseria gonorrhoeae se fait principalement par TAAN (Test d’Amplification des Acides Nucléiques).

  • Échantillon urinaire
  • Prélèvement dans le col de l’utérus, l’urètre, la gorge ou le rectum à l’aide d’un coton-tige

Hépatite A, B et C

  • Prise de sang pour la détection d’antigène et/ou d’anticorps

Lymphogranulomatose vénérienne

  • Échantillon urinaire
  • Prélèvement dans le col de l’utérus, l’urètre, la gorge ou le rectum à l’aide d’un coton-tige

Molluscum contagiosum

  • Examen de votre peau par un professionnel de la santé

Syndrome inflammatoire pelvien

  • Analyses sanguines pour confirmer la présence et le type d’ITS
  • Laparoscopie pour déterminer le siège précis de l’infection
  • Échographie pour obtenir une image de vos organes génitaux

Poux du pubis et gale

  • Examen de votre peau par un professionnel de la santé

Syphilis

  • Prise de sang pour détection d’anticorps ou autre

Trichomonase

L’infection à Trichomomas vaginalis peut être détectée par TAAN à l’aide d’un prélèvement endocervical, vaginal ou urinaire ou encore par un examen microscopique ou par une culture d’un spécimen à l’état frais.

Gagnez du temps et prenez en charge votre santé grâce aux rapports Biron. Rendez-vous dans un point de service proche de chez vous.

Statistiques

Selon un rapport de l’Institut national de santé du Québec (2014) , plus de 29 000 cas d’ITSS ont été déclarés au Québec en 2014 et elles représentent 75 % des infections recensées dans le fichier des maladies à déclaration obligatoire (MADO).

De plus :

  • L’incidence des cas déclarés d’infection à Chlamydia trachomatis et de l’infection gonococcique augmente de manière constante, en particulier chez les jeunes de 15 à 24 ans, hausse qui est plus prononcée chez les jeunes hommes.
  • La résistance du gonocoque aux antibiotiques utilisés pour le traitement de cette infection pose plusieurs défis, notamment celui d’assurer la surveillance des résistances (et des échecs au traitement pouvant en résulter) et celui d’être en mesure de proposer de nouveaux schémas thérapeutiques, advenant l’extension des résistances.
  • Près de la moitié (47 %) des infections gonococciques chez les hommes sont des infections uniquement rectales ou pharyngées.
  • L’épidémie de syphilis infectieuse, initialement concentrée dans la région de Montréal, touche maintenant la plupart des régions du Québec. La hausse importante observée au cours des dernières années semble maintenant se stabiliser.
  • Une recrudescence de la lymphogranulomatose vénérienne est observée depuis le printemps 2013. Cette hausse s’est d’ailleurs fortement intensifiée en 2014 et 2015.
  • Le taux d’incidence de cas déclarés d’hépatite B s’est stabilisé depuis quelques années au Québec, ce qui souligne l’importance de poursuivre la vaccination contre l’hépatite B, notamment auprès des personnes à risque qui n’ont pas bénéficié du programme en milieu scolaire.
  • Environ 1 100 cas d’hépatite C sont déclarés en 2014, ce nombre venant accroître le bassin de personnes infectées et appuyer l’importance de l’accès au traitement pour prévenir les complications hépatiques.
  • Le nombre annuel de nouveaux diagnostics de VIH diminue. Une tendance à la hausse a été observée entre 2009 et 2013 chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HARSAH) de 15 à 24 ans, mais cette augmentation ne semble pas se poursuivre en 2014. Cette tendance doit être interprétée avec prudence puisqu’il s’agit d’un faible nombre de cas.

Si vous avez des questions ou désirez obtenir plus d’information, n’hésitez pas à contacter le service à la clientèle de Biron Groupe Santé au 1 800 463-7674.

Explorez la collection des Petits Guides Biron.

Vous avez d'autres questions?

Communiquez avec un agent du service à la clientèle!