Skip to contentSkip to navigation

Les intolérances alimentaires

Allergie ou intolérance?

un verre de lait et des graines de soya

L’allergie et l’intolérance alimentaire sont souvent confondues, bien qu’elles soient très différentes. Pour bien comprendre les types de réactions de votre corps à certains aliments, voici quelques clarifications.

Une allergie alimentaire est une sensibilité provoquée par une réaction du système immunitaire à une protéine particulière, un allergène, qui se trouve dans un aliment. Les arachides et les noix sont des exemples très communs. Une allergie cause une réaction immédiate et à court terme.

L’intolérance alimentaire n’est pas une allergie. C’est une réaction de votre système digestif à un type d’aliment que vous consommez. Elle n’entraîne pas de réaction de votre système immunitaire et ne cause pas de symptômes immédiats, ou de dommage à vos intestins. De plus, la sévérité de votre réaction dépend de la quantité d’aliments que vous consommez.

Si vous souffrez d’intolérance pour un aliment particulier, c’est parce que votre corps ne produit pas l’enzyme requis pour le métaboliser, ou il est plus sensible à un additif ou un produit chimique contenu dans l’aliment. L’intolérance à un aliment peut commencer à un jeune âge, provoquant des symptômes subtils qui s’aggravent plus tard, avec l’âge.

Exemples d’intolérances alimentaires

L’intolérance au lactose

Votre système digestif ne produit pas assez de lactase (enzyme), donc votre corps ne peut décomposer le lactose, un sucre que l’on retrouve dans le lait.

La sensibilité au gluten

Vous éprouvez des symptômes semblables à ceux liés à la maladie cœliaque quand vous mangez du blé ou d’autres aliments qui contiennent du gluten, mais vos tests sanguins ne révèlent aucune anomalie liée à la maladie, et il n’y a aucun signe de dommage à vos intestins.

La sensibilité aux additifs alimentaires

Quand vous mangez des aliments qui contiennent, par exemple, des sulfites (additif retrouvé dans le vin, les fruits secs et les aliments en conserve), vous éprouvez des démangeaisons, des rougeurs, des troubles respiratoires et des maux de tête.

Il est aussi important de ne pas confondre la sensibilité au gluten non cœliaque (SGNC), ou l’intolérance au gluten, avec la maladie cœliaque, qui n’est pas une intolérance alimentaire, mais une réaction anormale du système immunitaire au gluten.

Causes et symptômes

En général, les symptômes d’intolérance alimentaire se manifestent plusieurs heures après la consommation d’un aliment, et ils sont souvent liés à votre système digestif. Vous pouvez éprouver des crampes abdominales, de la diarrhée, des vomissements, de la flatulence, un sens de ballonnement, des démangeaisons ou des maux de tête.

Les causes d’une intolérance alimentaire peuvent varier et sont liées à plusieurs facteurs :

  • absence d’un enzyme qui facilite la digestion d’un aliment (intolérance au lait)
  • syndrome du côlon irritable
  • sensibilité aux additifs alimentaires (sulfites, colorants, glutamate monosodique)
  • stress ou facteurs psychologiques
  • facteur génétique
  • certains médicaments
  • consommation d’alcool
  • facteurs environnementaux

Vous ressentez des symptômes d’allergies? Ce guide vous aidera à mieux les comprendre.

Diagnostic

À l’exception des tests pour dépister l’intolérance au lactose, il n’existe pas de test médical fiable et précis qui peut diagnostiquer une intolérance alimentaire.

Diagnostic de l’intolérance au lactose

Test à l’hydrogène

Le test à l’hydrogène consiste à évaluer, après une période de jeûne, la présence d’hydrogène dans l’air que vous expirez avant et dans les heures suivant la consommation d’une quantité déterminée de lactose. Le lactose non digéré dans l’intestin (causé par un déficit de l’enzyme lactase) se transforme en hydrogène et passe dans votre circulation sanguine, atteint les voies respiratoires et est expiré. Un niveau d’hydrogène élevé dans l’air expiré est signe d’une anomalie dans votre digestion du lactose.

Test de tolérance au lactose

Le test de tolérance au lactose détermine le niveau de glucose dans votre sang après avoir consommé une quantité déterminée de lactose. Si vous souffrez d’intolérance au lactose, le taux de glucose n’augmente pas parce que vous avez un déficit de lactase.

Test génétique

Le test génétique permet de détecter l’intolérance au lactose liée à un déficit primaire en lactase. Il consiste à analyser votre ADN pour déterminer si vous êtes prédisposé à être intolérant au lactose. Ce test peut se faire avec un simple prélèvement de cellules à l’intérieur de votre joue (par frottement). Cependant, ce test ne peut pas diagnostiquer un déficit secondaire de lactase qui se manifeste après une infection, une maladie inflammatoire intestinale ou une parasitose intestinale.

La meilleure façon de déterminer les autres aliments qui peuvent vous causer des symptômes liés à l’intolérance est de garder un calendrier alimentaire. Vous tenez compte des aliments que vous mangez chaque jour pour une période de deux à trois semaines. Si un aliment vous cause des symptômes spécifiques, vous pouvez vous en priver pour quelques jours et le réintroduire dans votre diète et noter votre réaction.

Gagnez du temps et prenez en charge votre santé grâce aux rapports Biron. Rendez-vous dans un point de service proche de chez vous.

Vivre avec une intolérance alimentaire

Il n’existe actuellement pas de traitement médical contre l’intolérance alimentaire. Pour éviter les symptômes, vous devez déterminer quels sont les aliments qui vous causent une réaction et ne pas les consommer, ou les consommer en petites quantités.

Voici quelques conseils qui peuvent vous être utiles.

Modifiez vos repas – Votre intolérance peut être causée par l’effet cumulatif de combiner certains aliments au cours d’un repas. Par exemple, si vous éprouvez des symptômes après avoir mangé une pizza, il se peut que les tomates et le fromage soient bien tolérés quand vous les mangez seuls et non quand vous les combinez. En éliminant un ingrédient à la fois, vous pouvez déterminer les combinaisons d’aliments qui vous affectent le plus.

Modifiez vos portions – Si vous diminuez la portion de l’aliment qui vous cause des problèmes digestifs, vous pouvez aussi diminuer les symptômes qu’il entraîne.

Trouvez un substitut – Si l’aliment que vous devez éliminer de votre diète est une source nutritionnelle importante, trouvez un remplacement adéquat. Si vous devez couper des aliments qui contiennent du gluten, vous risquez d’être privé de fibres et de vitamines de type B. Vous pouvez compenser en consommant, par exemple, du pain sans gluten, ou des grains comme le riz, le quinoa ou le sarrasin. Si vous souffrez d’intolérance au lactose, prenez un supplément de lactase pour vous aider à digérer les produits laitiers, buvez du lait sans lactose, ou du lait d’amande ou de noix de coco pour vous assurer que votre diète est riche en protéine et en calcium.

Pour en apprendre davantage sur les intolérances alimentaires :

Allergies Québec

Allergies alimentaires Canada

Si vous avez des questions ou désirez obtenir plus d’information, n’hésitez pas à contacter le service à la clientèle de Biron Groupe Santé au 1 800 463-7674.

Explorez la collection des Petits Guides Biron.

Vous avez d'autres questions?

Communiquez avec un agent du service à la clientèle!