Skip to contentSkip to navigation

Les bénéfices de la génétique

La génétique : une médecine préventive et personnalisée

une mère qui regarde son fils en riant

La recherche sur l’hérédité et les maladies génétiques fait partie de la génétique médicale. Cette branche de la génétique vise les patients de tout âge et concerne différentes spécialités, notamment la pédiatrie, l’oncologie, la cardiologie et la neurologie.

Chaque personne a 23 paires de chromosomes, 22 paires « autosomes » et une paire de chromosomes sexuels qui déterminent son sexe (XX pour la femme, et XY pour l’homme). Chacun de ces chromosomes comporte plusieurs gènes donnant les instructions qui s’avèrent nécessaires au développement et aux différentes fonctions corporelles. Nos gènes existent en deux exemplaires : un provient de notre mère et l'autre, de notre père. Certains de nos gènes sont non fonctionnels à cause d’un changement appelé mutation qui empêche leur fonction normale. Selon le mode de transmission, l’effet de ces mutations peut varier.

L’ADN est l’alphabet qui constitue notre code génétique. Dans certains cas, une erreur dans nos chromosomes ou nos gènes entraîne un dysfonctionnement ou une malformation, soit :

Aneuploïdie – anomalie touchant un chromosome (partiel ou entier)

  • Chromosome surnuméraire : syndrome de Klinefelter (47,XXY) ou trisomie 21 (syndrome de Down)
  • Chromosome manquant : syndrome de Turner (45,X)
  • Partie manquante d’un chromosome : syndrome de délétion 22q11.2 (syndrome de DiGeorge)

Mutation génétique – anomalie d’un gène

  • Mutation par substitution (remplacement d’une « lettre » par une autre)
  • Délétion (disparition d’une partie d’un gène)
  • Duplication (partie d’un gène en trop)

Certaines mutations sont dites « de novo » ou sporadiques, ce qui signifie que la mutation se manifeste pour la première fois chez une personne atteinte, mais elle n’est pas transmise par un des parents. C’est au moment de la conception de l’embryon que l’on retrouve généralement cette mutation, ou peu de temps après. Les mutations sporadiques ne sont pas susceptibles de se manifester chez les autres membres de la famille. Par contre, la personne atteinte aura un risque de transmettre la maladie à ses enfants. Certaines maladies génétiques se présentent souvent de novo, par exemple l’achondroplasie (personne de petite taille), la neurofibromatose, la dystrophie musculaire de Duchenne.

De nombreuses maladies génétiques peuvent se manifester à la naissance ou plus tard. Nos chromosomes contiennent de 20 000 à 25 000 segments d’ADN (gènes) renfermant les instructions pour fabriquer toutes les protéines nécessaires à la vie. Chacun de ces gènes peut être modifié par une mutation modifiant la structure d’une protéine. Présentement, plus de 6 000 maladies sont associées à une mutation génétique.

Nous avons également un deuxième type d’ADN qui est spécifique aux mitochondries (organelle de la cellule responsable de fournir l’énergie des cellules). Cet ADN est uniquement transmis par la mère (par l’ovule). Les erreurs génétiques de l’ADN mitochondrial sont également associées à des maladies comme le syndrome de Leigh (maladie métabolique touchant le système nerveux) et la neuropathie optique de Leber (perte de vision).

La génétique médicale comprend plusieurs sous-spécialités :

  • La génétique prénatale (pédiatrique ou adulte) permet de diagnostiquer les maladies rares si l'on croit qu’elles pourraient être génétiques. Pour fournir des conseils aux familles concernées, on recommande des consultations prénatales(p. ex., grossesse à risque, anomalies identifiées après amniocentèse) et postnatales(p. ex., retard mental, malformations)
  • L’oncogénétique, qui se consacre aux risques de cancers d’origine génétique et à la prévention dans les familles(p. ex., suivi renforcé, chirurgie de réduction de risque)
  • La neurogénétique, qui touche les maladies musculaires et neurologiques(p. ex., dystrophies, maladie de Huntington, Alzheimer, certaines formes d’épilepsie)
  • La cardiogénétique qui se consacre aux maladies cardiaques héréditaires (hypertrophie cardiomyopathique, arythmies ou syndrome du QT long)
  • La génétique moléculaire et la cytogénétique qui ont recours aux analyses de laboratoire pour perfectionner des tests diagnostiques et identifier de nouvelles mutations génétiques.

Maladies génétiques

En général, les maladies génétiques sont rares, mais on en retrouve des milliers (plus d’une personne sur 2 000 peut en être atteinte). Parmi les plus fréquentes, on retrouve:

  • Fibrose kystique (ou mucoviscidose)
  • Hémochromatose (fer excessif dans l’organisme)
  • Trisomie21 (ou le syndrome de Down)
  • Myopathies (maladie génétique qui touche les muscles, comme la dystrophie musculaire de Duchenne ou la dystrophie myotonique de Steinert
  • Cancers du sein associés à la mutation des gènes BRCA1 ou BRCA2
  • Cancer du côlon lié à une mutation des gènes MLH1, MSH2 ou MSH6
  • Hémophilie
  • La maladie de Tay Sachs
  • Anémie falciforme (ou drépanocytose)
  • Thalassémies (maladies des globules rouges)
  • Maladie de Huntington
  • Syndrome de l’X fragile

Si un membre de votre famille est atteint d’une maladie génétique, vos risques d’être atteint ou de transmettre la maladie sont potentiellement plus élevés.

Tests génétiques

Les tests génétiques peuvent vous aider à savoir, par exemple, si vous ou votre enfant êtes susceptibles de développer certaines affections génétiques (transmis par vos gènes). Ces tests sont généralement effectués lorsqu’il y a des antécédents familiaux d’une maladie génétique ou pour déterminer une cause génétique expliquant certains symptômes.

Ils peuvent bénéficier aux individus, aux couples et aux familles qui ont des préoccupations génétiques telles que :

  • Des antécédents familiaux de cancer
  • Des antécédents familiaux de maladies pouvant être héréditaires (p. ex., le cancer, les problèmes cardiaques, la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson)
  • Un risque élevé d’être porteur d’une maladie héréditaire ou alors d’avoir un enfant qui en est atteint

Il existe plusieurs types de tests génétiques, et chacun présente des forces et des faiblesses.

Test diagnostique

Comme son nom l’indique, ce test a pour but de poser un diagnostic et d’expliquer les symptômes ou une maladie en les associant à un facteur génétique. Ce test vise un ou plusieurs gènes que l’on connaît pour les associer à la maladie. Nous effectuons les analyses dans un laboratoire agréé conforme aux normes établies. Les tests font toujours partie d’un suivi médical et les résultats sont remis au patient par un professionnel de la santé qui s’assure que le patient les comprend et peut faire des décisions informées. Les résultats font partie du dossier médical du patient.

Quelques exemples :

  • Test génétique pour déterminer la prédisposition au cancer du sein héréditaire : BRCA1 et BRCA2
  • Test de porteur pour la fibrose kystique
  • Test pour confirmer un diagnostic de dystrophie musculaire de Duchenne
  • Amniocentèse pour la trisomie

Test de dépistage

On utilise le terme « dépistage génétique » lorsque le test identifie les individus qui sont plus susceptibles d’avoir une maladie génétique. Par contre, d’autres analyses sont nécessaires pour confirmer ou éliminer le diagnostic.

Exemples :

  • Le test de dépistage de la trisomie 21 effectué pendant la grossesse. Le dépistage permet d’évaluer le risque (plus ou moins élevé). Si le risque est plus élevé, une amniocentèse peut être offerte afin de confirmer ou éliminer ce risque.
  • Le dépistage chez le nouveau-né. Des analyses biochimiques permettent d’identifier un enfant possiblement susceptible d’être atteint d’une maladie génétique, mais un test diagnostique est nécessaire pour confirmer ou éliminer ce risque.

Test de recherche

Ces analyses sont similaires aux tests diagnostiques. Par contre, les tests sont effectués dans le cadre d’un protocole de recherche et selon l’étude, les résultats ne sont pas nécessairement remis au patient. De plus, certaines recherches peuvent se dérouler au cours d’une période de plusieurs mois ou années. Si un résultat génétique de recherche est remis au participant, le résultat doit être confirmé par un laboratoire clinique qui se conforme aux normes établies et a reçu les agréments requis avant de considérer ce résultat comme étant un diagnostic.

Test proactif ou préventif

L’avancement des technologies permet maintenant de tester plusieurs gènes (panels) en même temps. Actuellement, on remarque deux types d’offres cliniques :

  • Les tests étendus de dépistage de porteur. Ces tests sont généralement utilisés par des couples qui planifient une grossesse et qui veulent connaître leur risque de transmettre une maladie génétique à leur enfant. Ils peuvent analyser plusieurs gènes (jusqu’à 300) liés à des maladies à transmission récessive ou liés au chromosome X. On nomme « porteur » un individu qui a une copie fonctionnelle du gène, mais une autre copie qui contient une mutation. Un porteur ne manifeste généralement aucun symptôme de la maladie. Un couple à risque consiste en deux conjoints porteurs, et ils ont un risque de 25 % d’avoir un enfant atteint à chaque grossesse.

  • Les tests de dépistage « proactifs ». Ces tests sont généralement utilisés par des individus adultes en santé qui désirent en savoir davantage sur les facteurs génétiques qui ont un impact sur leur santé. Les gènes testés déterminent des maladies pour lesquelles des lignes directrices de prise en charge sont offertes(p. ex., cancer héréditaire, maladie cardiaque héréditaire, hypercholestérolémie familiale, thrombophilie).

Test récréatif (directement au consommateur)

Au cours des dernières années, plusieurs tests génétiques offrant de l’information sur des facteurs génétiques sans impact sur la santé ont été commercialisés. Ces tests établissent votre patrimoine ancestral possible, en passant par des caractéristiques telles que votre aversion à la coriandre ou votre préférence pour certains vins. Certaines compagnies offrent également des analyses de gènes associés à certaines maladies, mais ces tests sont souvent incomplets puisqu’ils n’analysent que quelques mutations(p. ex., analyse de 3 mutations sur une possibilité de 2 000). De plus, plusieurs des laboratoires qui offrent les tests n’ont pas les agréments requis pour réaliser un test diagnostique. Les résultats doivent donc être reconfirmés par un autre laboratoire. Si ce type de test vous intéresse et que vous sélectionnez une offre comportant des analyses pour des gènes associés à des maladies, nous vous recommandons d’en discuter au préalable avec un professionnel de la santé ou un expert en génétique, tel qu’un conseiller en génétique.

Types de technologie

Tous les tests génétiques ne sont pas égaux et différentes technologies offrent des résultats parfois différents. Voici les principales technologies :

Caryotype : Il s’agit d’un test d’analyse de la structure des chromosomes. Ce test peut confirmer la présence ou non d’un chromosome ou d’une partie de chromosome. Cependant, il ne peut pas confirmer la présence d’une mutation à l’intérieur d’un gène, ou de petites parties en trop (duplication) ou en moins (délétion).

Analyse par micropuces (« array CGH ») : Analyse l’ensemble des 23 paires de chromosomes et identifie de petites régions en trop (duplication) ou manquante (délétion).

Génotypage : confirme la présence ou l’absence d’une mutation ou variation génétique précise dans une région spécifique d’un gène. Ne peut pas identifier d’autres mutations génétiques présentes ailleurs dans le même gène.

Séquençage de gènes: Effectue la « lecture » approfondie quasi complète d’un ou de plusieurs gènes afin de confirmer la présence d’une mutation. Ne teste que les gènes sélectionnés.

Séquençage d’exons : Effectue la « lecture » quasi complète des parties « codantes » de tous les gènes d’un individu. Il peut être difficile d’interpréter les résultats et l’information clinique (symptômes). Il est souvent utile de comparer les résultats d’analyses à ceux d’autres membres de la famille (ex : enfant et ses parents).

Séquençage du génome entier : Effectue la « lecture » quasi complète de tout le génome (tous les gènes, parties codantes et non codantes) d’un individu. Quoique ce type d’analyse couvre l’ensemble du génome, l’analyse est moins approfondie qu’un séquençage de gènes (certaines mutations ne peuvent pas être déterminées). De plus, la quantité d’information générée comporte plusieurs zones grises puisque nos connaissances actuelles des milliers de gènes sont encore incomplètes. L’interprétation de ces résultats peut être difficile.

Conseil génétique

Les conseillers en génétique sont des professionnels de la santé spécialistes en génétique médicale qui ont obtenu un diplôme de deuxième cycle en conseil génétique, de niveau maîtrise. Ils ont reçu leur agrément de l’Association canadienne des conseillers en génétique ou de l’American Board of Genetic Counseling.

Les conseillers en génétique aident les patients et leurs familles à comprendre les répercussions médicales et psychologiques de la génétique par rapport aux maladies. Une rencontre en conseil génétique dure généralement 60 minutes et il est préférable que vos tests génétiques soient suivis de conseils d’un spécialiste en génétique médicale. Une rencontre initiale avant d’effectuer des tests génétiques et une autre lors de la divulgation des résultats vous aidera à comprendre l’information que vous avez reçue et à l’utiliser pour prendre des décisions éclairées.

Le conseil génétique permet entre autres de :

  • Comprendre vos antécédents familiaux et médicaux et évaluer vos risques
  • Comprendre les aspects médicaux, la transmission et les implications possibles d’une maladie
  • Connaître les tests génétiques disponibles
  • Décider si vous voulez effectuer un test génétique
  • Discuter de vos résultats et les comprendre
  • Connaître les options pour la gestion et la prise en charge de la santé selon les risques ou les résultats obtenus
  • Vous mettre en contact avec d'autres ressources qui vous aideront à obtenir du soutien et de plus amples renseignements

Le conseil génétique peut avoir lieu à divers moments :

  • Lors de la planification d’une grossesse afin d’évaluer le risque de transmission d’une maladie génétique
  • Pendant la grossesse, suite à un dépistage prénatal suggérant un risque élevé de trisomie 21 ou suite à un dépistage échographique identifiant une malformation chez le fœtus
  • À la naissance suite à un résultat de dépistage néonatal de maladie génétique positif ou si des malformations ou difficultés sont observées
  • Pendant la petite enfance si l’enfant présente des retards de développement
  • À l’âge adulte pour des maladies génétiques se manifestant plus tard dans la vie (p. ex., cancer héréditaire, maladie de Huntington, reins polykystiques)

Si vous avez des questions ou désirez obtenir plus d’information, n’hésitez pas à joindre le service à la clientèle de Biron Groupe Santé au 1 833 590-2712.