Skip to contentSkip to navigation
COVID-19 : Nous sommes ouverts. Certains services sont modifiés. Port du masque obligatoire. Détails au biron.com/fr/coronavirus

Parole de spécialiste — 9 minutes

Les mammographies de dépistage demeurent-elles une bonne solution?

Raymond Lepage, Ph. D., Docteur en biochimie
Raymond Lepage, Ph. D., Docteur en biochimie
Vulgarisateur scientifique

Le cancer du sein est le type de cancer le plus fréquent chez les femmes. On estime que 12 % des Canadiennes (1 femme sur 8) développeront un cancer du sein au cours de leur vie et que 3 % en mourront. Grâce à l’amélioration des approches diagnostiques et thérapeutiques, le taux de survie à cinq ans a augmenté de façon considérable pour atteindre plus de 85 % au cours des dernières années. Néanmoins, le cancer du sein demeure la deuxième cause de décès par cancer chez les femmes, et on estime que 14 Canadiennes en meurent chaque jour [1].

Comme pour les autres cancers, plus tôt le cancer du sein est diagnostiqué, meilleurs sont les résultats. C’est pourquoi toutes les provinces canadiennes ont élaboré des programmes de dépistage du cancer pour les femmes de 40 à 69 ans. Le Programme québécois de dépistage du cancer du sein, un programme à participation volontaire qui invite les femmes à passer une mammographie de dépistage tous les deux ans, a été lancé en 1998. Il est offert sans frais à toutes les femmes, mais le taux de participation réel est d’environ 60 %, soit 10 points de pourcentage sous l’objectif de participation, fixé à 70 % par le ministère de la Santé et des Services sociaux. De nombreux enjeux ont toutefois été soulevés concernant l’innocuité, le confort et l’efficacité des mammographies de dépistage. Si l’on examine les études, il est assez simple de répondre à la plupart de ces questions.

À lire aussi : Comment se préparer pour une mammographie

Les mammographies sauvent-elles des vies ?

Dans les premiers programmes, on a observé une réduction de 20 % de la mortalité attribuable au cancer du sein. Donc, oui, il a été clairement démontré que les mammographies sauvent des vies. Cependant, en raison du développement de nouvelles approches thérapeutiques au cours des 40 dernières années, il est devenu beaucoup plus difficile de déterminer quel aspect précis du traitement a le plus contribué à l’augmentation globale (de 75 % à 90 %) du taux de survie au cancer du sein à cinq ans : le dépistage, de meilleurs outils de diagnostic ou des approches thérapeutiques plus efficaces.

La palpation des seins est-elle toujours une forme valide de dépistage ?

Même sous la responsabilité de médecins ou d’infirmières bien formés, le dépistage par l’examen clinique des seins est controversé, et son utilisation est en déclin. Des essais cliniques bien conçus n’ont pas permis de confirmer que l’examen des seins réduit la mortalité attribuable au cancer du sein. De nombreuses lignes directrices, dont celles du Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs, ont retiré l’examen clinique des seins de leurs recommandations. Toutefois, cette position ne fait pas l’unanimité. Selon de nombreuses directives organisationnelles, la présence d’une masse palpable accompagnée d’une mammographie normale doit être soumise au moins à une échographie [8].

Les programmes de dépistage ratent-ils certains cancers du sein ?

Une mammographie avec résultat faussement négatif est définie comme une mammographie d’apparence normale, mais où un cancer du sein est en fait présent. On estime que les mammographies de dépistage ne permettent pas de détecter environ 20 % des cancers du sein [7]. Un résultat faussement négatif à un test de dépistage entraîne le retard du traitement requis. Répéter la mammographie tous les deux ans réduira assurément le nombre de résultats faussement négatifs.

Les radiations d’une mammographie sont-elles dangereuses ?

Les mammographies exposent le sein à des radiations. Dans une mammographie typique (deux vues de chaque sein) avec un équipement moderne, l’exposition totale est très faible et correspond à la quantité que chacun reçoit de son environnement naturel pendant environ sept semaines [10]. L’exposition aux rayons X d’une mammographie correspond à 40 % de l’exposition subie lors d’une radiographie de la colonne vertébrale. La plupart des autorités de la santé estiment que le risque d’exposition aux rayons X lors d’une mammographie tous les deux ans est négligeable comparativement au risque de développer un cancer du sein aigu.

À lire aussi : Dans quelle mesure les rayons X représentent-ils un risque pour la santé ?

Les programmes de dépistage entraînent-ils un surdiagnostic ?

Afin de réduire le fardeau sur l’ensemble du système et alléger le stress des patients, chaque programme de dépistage est conçu de manière à déterminer le nombre maximal de personnes qui peuvent être atteintes de cette maladie. Seules les personnes qui ont obtenu un résultat positif à l’examen de dépistage seront soumises à un examen plus effractif et plus coûteux. Les résultats faussement positifs font donc implicitement partie de tous les programmes de dépistage.

Dans le cas du cancer du sein, les examens de confirmation comprennent, dans l’ordre, une mammographie de confirmation, une échographie du sein par ultrasons, dans certains cas une IRM et une biopsie du sein. On estime que 9 % de toutes les mammographies de dépistage donnent de faux positifs lorsqu’il n’y a pas de cancer en définitive. Seulement 7 % de tous les examens de dépistage positifs indiquent la présence d’un cancer du sein [2].

Les résultats faussement positifs sont plus fréquents chez les femmes plus jeunes ou encore chez celles qui ont des seins denses, qui ont déjà subi des biopsies du sein, qui ont des antécédents familiaux de cancer du sein ou qui prennent des œstrogènes [3]. La disponibilité d’une mammographie antérieure a un effet important sur la réduction du nombre de résultats faussement positifs. L’amélioration des équipements radiologiques (mammographie numérique, etc.) [4] et l’utilisation de l’intelligence artificielle [5] constituent d’autres pistes prometteuses.

Un surdiagnostic est différent d’un faux positif, qui sera éliminé en procédant à un examen de confirmation. Le surdiagnostic se produit dans le cas d’un cancer du sein qui est bien présent, mais qui ne met pas la vie en danger (petite taille, croissance lente, pas de métastases) et n’aurait jamais nécessité de traitement s’il n’avait pas été détecté par une mammographie de dépistage.

Les femmes ayant reçu un surdiagnostic peuvent à leur tour faire l’objet d’un surtraitement, car elles sont exposées à de nombreux effets indésirables inutiles associés au traitement du cancer. Le nombre de ces cas est très difficile à évaluer, mais on estime que de 10 à 30 % de tous les cas de cancer du sein font l’objet d’un surtraitement [6]. Cela dit, il est en fait impossible pour le clinicien (et le patient) de déterminer si le cancer présent est indolent ou s’il se développera.

Peut-on rendre les mammographies moins douloureuses ?

Comparée à l’échographie ou à l’IRM, la mammographie s’avère un examen douloureux. Bien que de courte durée (10 à 15 secondes), la compression mammaire est suffisamment forte pour expliquer que la moitié des femmes ne se présentent pas à une mammographie de dépistage de suivi. Bien qu’il existe des moyens de soulager la douleur, de bonnes nouvelles pourraient se présenter à l’avenir pour les femmes aux seins plus sensibles. Un nouvel appareil de mammographie récemment introduit en Ontario et en Alberta (texte en anglais) permet aux femmes de régler elles-mêmes la pression sur leurs seins. Cette approche a déjà été mise à l’essai en Europe et aux États-Unis, et il a été observé que les résultats des mammographies étaient aussi bons que ceux obtenus avec un équipement mammographique traditionnel. Dans de nombreux cas, les femmes ont en fait appliqué elles-mêmes une pression plus forte que celle généralement exercée par le technicien [9].

Si vous avez des questions ou désirez obtenir plus d’information, n’hésitez pas à contacter le service à la clientèle de Biron Groupe Santé au 1 833 590-2712.

  1. « Statistiques sur le cancer du sein », Société canadienne du cancer. (Consulté le 1er octobre 2019). https://www.cancer.ca/fr-ca/cancer-information/cancer-type/breast/statistics/?region=qc.
  2. « Programmes organisés de dépistage du cancer du sein au Canada : Rapport sur la performance des programmes en 2007 et en 2008 », Toronto (Ontario), Partenariat canadien contre le cancer, 2013. http://publications.gc.ca/collections/collection_2015/aspc-phac/HP32-1-2008-fra.pdf.
  3. « Limitations of Mammograms: How Often Are Mammograms Wrong? », American Cancer Society. (Consulté le 1er octobre 2019). https://www.cancer.org/cancer/breast-cancer/screening-tests-and-early-detection/mammograms/limitations-of-mammograms.html.
  4. PISANO, Etta D., Constantine Gatsonis, Edward Hendrick, Martin Yaffe, Janet K. Baum, Suddhasatta Acharyya, Emily F. Conant et coll., « Diagnostic Performance of Digital versus Film Mammography for Breast-Cancer Screening », New England Journal of Medicine 353, no 17 (2005) : 1773-83. https://doi.org/10.1056/nejmoa052911.
  5. VYBORNY, C. J. et M. L. Giger, « Computer Vision and Artificial Intelligence in Mammography », American Journal of Roentgenology 162, no 3 (1994) : 699-708. https://doi.org/10.2214/ajr.162.3.8109525.
  6. ELMORE, Joann G. et Suzanne W. Fletcher, « Overdiagnosis in Breast Cancer Screening: Time to Tackle an Underappreciated Harm », Annals of Internal Medicine 156, no 7 (mars 2012) : 536. https://doi.org/10.7326/0003-4819-156-7-201204030-00012.
  7. « Mammograms », National Cancer Institute, (Consulté le 1er octobre 2019). https://www.cancer.gov/types/breast/mammograms-fact-sheet.
  8. PROVENCHER, L., J.C. Hogue, C. Desbiens, B. Poirier, E. Poirier, D. Boudreau, M. Joyal, C. Diorio, N. Duchesne et J. Chiquette, « Is Clinical Breast Examination Important for Breast Cancer Detection? », Current Oncology 23, no 4 (août 2016) : 332. https://doi.org/10.3747/co.23.2881.
  9. Henrot, Philippe, Martine Boisserie-Lacroix, Véronique Boute, Philippe Troufléau, Bruno Boyer, Grégory Lesanne, Véronique Gillon et coll., « Self-Compression Technique vs Standard Compression in Mammography », JAMA Internal Medicine 179, no 3 (janvier 2019) : 407. https://doi.org/10.1001/jamainternmed.2018.7169.
  10. « Mammogram Basics: How Does A Mammogram Work? », American Cancer Society. (Consulté le 1er octobre 2019). https://www.cancer.org/cancer/breast-cancer/screening-tests-and-early-detection/mammograms/mammogram-basics.html.