Skip to contentSkip to navigation

Les écrans solaires : dangereux pour la santé ?

Raymond Lepage, Ph. D., Docteur en biochimie
Raymond Lepage, Ph. D., Docteur en biochimie
Conseiller scientifique sénior

Avobenzone, oxybenzone, octocrylène, ecamsule ! Non, il ne s’agit pas de nouveaux polluants atmosphériques, mais de composants actifs dans plusieurs écrans solaires. Une étude publiée en mai 2019 dans la revue JAMA montre que ces produits chimiques appliqués généreusement sur la peau se retrouvent rapidement dans le sang. Ils pourraient donc s’accumuler dans l’organisme et s’avérer toxiques, perturber le système endocrinien, et même causer le cancer. Et il n’y a pas que ces ingrédients, qui représentent le quart des 16 produits couramment utilisés dans les écrans solaires. Parmi ceux-ci, seuls l’oxyde de zinc et le dioxyde de titane sont définitivement considérés sécuritaires. La toxicité des autres n’est pas suffisamment documentée.

Il faut savoir que les normes américaines entourant la sécurité des composants des écrans solaires stipulent que seuls les ingrédients qui se retrouvent dans le sang à une concentration supérieure à 0,5 nanogrammes par millilitre de sang (0,5 ng/mL) doivent faire l’objet d’études de toxicité. Or, la sensibilisation du public aux dangers d’une exposition aux rayons UV du soleil ont conduit à une augmentation marquée de la dose moyenne des différents types d’écrans solaires, souvent appliqués à toutes les deux heures sur la peau.

Pour 2 vaporisateurs, une lotion et une crème, l’étude a montré que les taux d’avobenzone, d’octocrylène et d’ecamsule pouvaient atteindre respectivement 8, 15 et 3 fois la dose de 0,5 ng/mL. C’est l’oxybenzone qui montrait le plus d’absorption dans le sang, les deux vaporisateurs étudiés entraînant des taux sanguins dépassant 100 fois le seuil considéré sans effet !

Attention ! Cette étude ne démontre pas que les écrans solaires sont dangereux pour la santé. Elle souligne simplement la nécessité de poursuivre les études pour mieux comprendre la sécurité des composants en fonction des circonstances dans lesquelles ils sont le plus souvent utilisés. Il est également bon de noter que ces ingrédients peuvent avoir des effets différents lorsque les écrans solaires sont appliqués sur des enfants, sur des adultes en moins bonne santé ou sur des femmes enceintes ou qui allaitent. De plus, certaines peaux pourraient laisser pénétrer plus de substances que d’autres.

Si cette étude peut soulever un certain doute sur plusieurs substances utilisées par l’industrie des cosmétiques, le risque de développer un cancer de la peau (mélanome) à la suite d’une exposition aux rayons ultraviolets ne fait pas de doute. Entre deux maux, choisissez le moindre, protégez votre peau, appliquez la crème selon les directives [1] et profitez du beau temps !

Si vous avez des questions ou désirez obtenir plus d’information, n’hésitez pas à contacter le service à la clientèle de Biron Groupe Santé au 1 833 590-2715.

  1. MATTA, Murali K., PhD, Robbert Zusterzeel, MD, PhD, MPH, Nageswara R. Pilli, PhD et coll., « Effect of Sunscreen Application Under Maximal Use Conditions on Plasma Concentration of Sunscreen Active Ingredients: A Randomized Clinical Trial. », JAMA, 6 mai 2019, Également en ligne : https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2733085 (consulté en juin 2019).