Skip to contentSkip to navigation
Rougeole IgG

Rougeole IgM

Lorsque l’organisme est infecté par le virus de la rougeole, il se défend en produisant en séquence deux types d’anticorps : d’abord des IgM qui apparaissent 3 à 7 jours post-symptômes et sont présents pendant quelques semaines, puis des IgG qui apparaissent quelques jours après les IgM et vont perdurer pendant toute la vie. Les IgG confèrent l’immunité (protection) à long terme, que ce soit suite à une infection antérieure au virus ou suite à une vaccination. La recherche des IgG et/ou IgM contre le virus de la rougeole sert donc à diagnostiquer la présence de la maladie ou le statut d’immunité contre une infection.

La combinaison IgG et IgM anti-rougeole est parfois utilisée pour détecter une infection actuelle ou très récente. Des IgG négatives accompagnées d’IgM positives permettent un diagnostic rapide de l’infection qui doit cependant être confirmé par l’apparition ou une augmentation significative des taux d’IgG, une à trois semaines plus tard. Un résultat faiblement positif peut survenir lors de la séroconversion (remplacement des IgM par les IgG) ou indiquer une ancienne immunité (infection antérieure). La rougeole est une maladie à déclaration obligatoire (MADO).

Mot de la semaine

Créatine kinase MM (CK-MM)

La CK (créatine kinase) est une enzyme présente dans plusieurs tissus, dont les muscles et le cœur. Selon le tissu, différentes formes de la CK sont présentes : la CK MM est présente surtout dans les muscles squelettiques, la CK MB représente 30 % de la CK provenant du cœur tandis que la CK BB provient du cerveau et des muscles lisses dont ceux de la paroi intestinale. Des formes atypiques de la CK (macro CK1 et macro CK2) peuvent également être présentes. L’électrophorèse de la CK est surtout utile lorsque des atteintes musculaires ou cardiaques ne semblent pas responsables de l’élévation du taux de la CK totale.

C