Skip to contentSkip to navigation

En quoi consistent les biopsies liquides?

Dr Nicolas Tétreault, Ph. D., FCAB, CSPQ
Dr Nicolas Tétreault, Ph. D., FCAB, CSPQ
Biochimiste clinique - Directeur scientifique

L’avenir du dépistage du cancer du sein pourrait passer par une simple analyse de sang.

La science génétique évolue rapidement. Il a fallu 15 ans et plus d’un milliard de dollars pour séquencer, en 2001, le premier génome humain. Aujourd’hui, en 2019, nous pouvons accomplir le même travail en moins de 24 heures, pour moins de 1 000 dollars. Ces progrès ont engendré une révolution dans le domaine de la médecine, nous permettant d’obtenir régulièrement des diagnostics précis et des traitements personnalisés qui ont un effet réel sur les patients dans leur quotidien. Nulle part ailleurs cela n’est aussi évident que dans les progrès scientifiques en matière de traitement du cancer.

Aller au-delà du dépistage invasif du cancer grâce à la génomique

L’une des spécialités qui a le plus bénéficié des progrès de la génomique est l’oncologie – l’étude des tumeurs. Grâce aux technologies modernes de séquençage de l’ADN, nous pouvons lire l’ADN d’une cellule tumorale et accéder à de précieux renseignements pour nous aider à mieux traiter tout cancer sous-jacent, sans toujours avoir à recourir aux procédures traditionnelles et invasives des biopsies. Par le passé, l’obtention des détails médicaux d’une cellule tumorale nécessitait des techniques chirurgicales afin d’enlever une partie redondante du tissu affecté, qui était souvent difficile d’accès ou complètement inaccessible. La biopsie liquide permet de déterminer la probabilité d’une bonne réponse au traitement, de même que les risques de récidive à partir de l’information codée dans la circulation sanguine.

On sait depuis longtemps que l’ADN est libéré des cellules de l’organisme pour circuler librement dans le système sanguin. Dès le milieu des années 1970, on avait compris que les patients cancéreux avaient une concentration d’ADN dans le sang plus élevée que les patients non cancéreux, et que cette concentration diminuait à mesure que le traitement prenait effet [1]. Ces découvertes ont mené à ce que nous appelons maintenant des biopsies liquides.

On peut se représenter une biopsie liquide comme une prise de sang de base, mais au lieu de s’intéresser aux protéines ou aux cellules qui sont normalement présentes dans le sang, on prend l’échantillon et on cherche la signature génétique d’un cancer. Bien que cette technique ne soit pas encore d’usage courant dans les cliniques, son utilisation s’avère déjà très utile dans le traitement de certains types de cancer. Le meilleur exemple est celui des patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules, où l’obtention de biopsies de tissus est très invasive et risquée. Certains de ces patients pourraient bénéficier d’une biopsie liquide (non invasive) au lieu d’une biopsie de tissus (invasive) afin d’obtenir des renseignements cruciaux sur leur cancer et mieux en orienter le traitement [2].

L’utilisation des biopsies liquides dans le dépistage du cancer du sein

Qu’en est-il du cancer du sein ? Ce type de diagnostic changera-t-il la façon dont nous procédons au dépistage et au traitement ? Il est trop tôt pour le dire avec certitude, mais des efforts considérables sont déployés actuellement pour répondre à cette question, et de nombreuses entreprises largement financées poursuivent cette ambition.

Parmi les initiatives importantes, on compte l’essai clinique STRIVE de Grail [3], une société de soins de santé établie dans la Silicon Valley. Cet essai réalisé auprès d’environ 100 000 femmes vise à détecter de façon précoce le cancer du sein (parmi d’autres cancers) à l’aide de biopsies liquides. Le but : mettre au point une analyse de sang simple qui permettra de détecter un cancer avant l’apparition de symptômes, et avant même que l’on puisse détecter la tumeur par imagerie.

Cependant, nous n’en sommes pas encore là, et nous n’y parviendrons peut-être même pas. Bien que tout cela semble très prometteur, de nombreux experts nous avertissent de ne pas nous faire d’illusions [4]. De grands défis nous attendent. Beaucoup pensent que la détection précoce pourrait ne pas être suffisamment précise pour être appliquée de façon systématique dans les examens de routine. Il faut ajouter l’argument important et contre-intuitif selon lequel il est préférable de laisser certaines tumeurs tranquilles et non détectées. Certaines tumeurs du sein, par exemple, peuvent prendre plus de 19 ans avant de se transformer en cancer symptomatique et devenir une véritable menace pour la femme [5]. Traiter un cancer du sein indolent par chimiothérapie et radiothérapie peut finalement rendre une patiente plus malade que de le laisser en place.

Néanmoins, il est probable que les biopsies liquides deviendront un outil très utile dans de nombreuses facettes du traitement du cancer du sein. On s’en servira notamment pour caractériser le type de cancer afin de mieux orienter le traitement, pour surveiller la récurrence et pour évaluer l’efficacité du traitement. Tout ça, seulement avec une simple prise de sang.

Si vous avez des questions ou désirez obtenir plus d’information, n’hésitez pas à contacter le service à la clientèle de Biron Groupe Santé au 1 833 590-2712.

  1. LEON, S. A., A. Green, M. J. Yaros et B. Shapiro. « Radioimmunoassay for Nanogram Quantities of DNA », Journal of immunological methods. U.S. National Library of Medicine, décembre 1975. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/1206227.
  2. « Roche lance le test de détection de mutations cobas® EGFR v2 pour l’analyse d’échantillons de plasma et de tissu tumoral. », Roche, (Consulté en septembre 2019). https://www.rochecanada.com/fr/media/roche-canada-news/roche-launches-the-cobas--egfr-mutation-test-v2-for-use-with-eit.htmll.
  3. « The STRIVE Study: Development of a Blood Test for Early Detection of Multiple Cancer Types », ClinicalTrials.gov., U.S. National Library of Medicine, (Consulté en septembre 2019). https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT03085888.
  4. « Bardia Weighs in on the Evolving Role of Liquid Biopsies in Breast Cancer », Targeted Oncology, (Consulté en septembre 2019). https://www.targetedonc.com/news/bardia-weighs-in-on-the-evolving-role-of-liquid-biopsies-in-breast-cancer.
  5. HEITZER, Ellen, Samantha Perakis, Jochen B. Geigl et Michael R. Speicher, « The Potential of Liquid Biopsies for the Early Detection of Cancer », Npj Precision Oncology 1, no 1 (2017). https://doi.org/10.1038/s41698-017-0039-5.