Skip to contentSkip to navigation

Santé A à Z  —  4 minutes

Notre microbiome en temps de pandémie

19 avril 2021
Équipe Biron
info@biron.com

Les microbes sont connus depuis longtemps comme la source de plusieurs maladies infectieuses et, depuis encore plus longtemps, pour leur utilité dans la fabrication de la bière, des vins et des fromages. Depuis une dizaine d’années, une attention particulière a été portée à la nature des microorganismes qui peuplent notre intestin, ou « microbiome ». À la surprise de nombreux chercheurs, ces microorganismes se sont montrés d’une telle utilité que certains craignent que les mesures sanitaires instaurées pendant la pandémie de COVID-19 affectent la diversité du microbiome. [1]

Qu’est-ce que le microbiome et à quoi sert-il?

On estime que le microbiome compte de 10 à 100 trillions (milliers de milliards) de microorganismes (bactéries, virus, levures, etc.), et chaque individu aurait sa propre combinaison d’environ 1000 espèces différentes de bactéries. Une forte proportion d’entre elles seraient héritées de nos parents à la naissance et développées pendant nos premières années de vie. [2]

Le microbiome joue un rôle essentiel dans le développement du corps humain, le bon fonctionnement du système immunitaire et la santé en général. De nombreuses maladies, comme le diabète, la maladie de Crohn, l’arthrite rhumatoïde et la sclérose en plaques, sont associées à un déséquilibre du microbiome. Le microbiome communique également avec le cerveau, et des désordres du microbiome pourraient contribuer, entre autres, à la dépression, à la schizophrénie et à certains troubles du spectre de l’autisme. [3]

À lire aussi : Mieux comprendre le microbiome

Pourquoi notre microbiome est-il menacé pendant la pandémie?

La santé de notre microbiome dépend en grande partie de notre exposition continuelle à des bactéries de tous genres. Les activités qui génèrent le plus d’exposition sont les interactions avec d’autres personnes ou des animaux, les activités extérieures et les voyages dans d’autres pays. Avec la pandémie et son cortège de précautions comme le lavage systématique des mains, la distanciation physique et les restrictions de voyage, les principales mesures pour assurer la santé du microbiome sont loin d’être facilitées!

Selon certains experts, en réduisant la diversité microbienne, les mesures d’hygiène qui servent à lutter contre la pandémie pourraient avoir des répercussions à long terme, comme une baisse des défenses immunitaires de la population, une augmentation du nombre de cas d’asthme et de diabète, et une hausse des allergies.

Les enfants plus à risque?

La situation serait particulièrement préoccupante pour les nourrissons et les jeunes enfants, car les premières années sont importantes dans le développement du microbiome. Des études ont démontré que les enfants dont le microbiome était moins riche que celui des autres enfants risquaient davantage de souffrir d’asthme, d’allergies, d’obésité et de diabète. [4]

Pendant la pandémie, il est fort probable que de nombreux parents ont accru les mesures d’hygiène à l’égard des nouveau-nés et des enfants. Ces mesures s’ajoutent à la perte de contact des tout-petits avec la famille élargie ou d’autres nourrissons, ce qui limite les occasions de faire le plein de bactéries.

Que faire pour maintenir un microbiome en bonne santé?

En attendant de retrouver une vie normale et tous les « contacts bactériens » qu’elle permet, certaines pratiques permettraient de lutter contre les pertes microbiennes :

  • Pratiquer des activités extérieures
  • Jardiner
  • Faire de l’exercice
  • Avoir une alimentation riche en fibres
  • Éviter les antibiotiques inutiles
  • Multiplier les contacts physiques entre les gens d’une même bulle

Et tout particulièrement pour les jeunes enfants :

  • Privilégier l’allaitement naturel
  • Les inciter à aller jouer dehors le plus souvent possible
  • Adopter un animal de compagnie (si toute la famille est prête à s’en occuper)
  1. Laura Dhillon Kane. « La COVID-19 aura-t-elle un impact à long terme sur les microbiomes ? », La Presse, 21 février 2021. https://www.lapresse.ca/covid-19/2021-02-21/protocoles-de-sante-publique/la-covid-19-aura-t-elle-un-impact-a-long-terme-sur-les-microbiomes.php
  2. Marilyn Hair et Jon Sharpe. Fast Facts About The Human Microbiome, The Center for Ecogenetics and Environmental Health, Université de Washington, janvier 2014. https://depts.washington.edu/ceeh/downloads/FF_Microbiome.pdf
  3. Mathieu Perreault. « Quand les intestins mènent au cerveau », La Presse, 7 février 2021. https://www.lapresse.ca/actualites/sciences/2021-02-07/quand-les-intestins-menent-au-cerveau.php
  4. Anica I. Mohammadkhah, Eoin B. Simpson, Stephanie G. Patterson et Jane F. Ferguson. « Development of the Gut Microbiome in Children, and Lifetime Implications for Obesity and Cardiometabolic Disease », Children, 5(12):160, 2018. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6306821/